Feuille de paie, l’administration se paie notre tête

D’année en année c’est de pire en pire. Et on en arrive, en 2017, fin novembre, sans avoir reçu de feuilles de paie depuis mai !!!!!

Avec tous les problèmes que cela posent puisque chacun peut en avoir besoin pour un emprunt, pour faire son dossier Chèques-vacances, pour une location d’un enfant étudiant.

Et comment les collègues remplaçants peuvent-ils vérifier les états de remboursement avec des décalages sur 6 mois !!!

Bien sûr il est possible d’appeler à Dijon mais les envois ne sont pas proposés à tous. On se demande bien pourquoi d’ailleurs !!!

Et puis les arguments donnés pour justifier ces retards méritent quand même d’être connus de tous : en eté c’est : on ne peut pas envoyer car les feuilles resteraient dans les boîtes à lettres des écoles, à la rentrée, c’est : on ne peut pas envoyer car on ne sait pas où sont les enseignants et il y aurait trop d’erreurs, en novembre, c’est : il manque du personnel dans les services.

A noter que les 4 départements de Bourgogne ne sont pas concernés mais seulement 2.

Le respect des personnels passe aussi par ces choses qui relèvent tout simplement du droit des salariés.

Publicités

Il fait chaud!

Depuis plusieurs jours il fait chaud, trop chaud dans nos écoles. Des mesures sont-elles prises par la commune de votre école? Votre IEN s’est-il informé de vos conditions de travail?

Racontez-nous.

Pour être informé sur des mesures légales qui devraient être prises, consultez l’article du SNUipp-FSU89

Tranche de vie

Témoignage d’une collègue enseignante:

« Dépression… Burn out… surmenage… questionnement sur le métier.

Je viens de passer mon 59ème anniversaire à la clinique Ker Yonnec, premier arrêt depuis le début de ma carrière qui se termine bientôt !

Aucun mérite, je n’ai jusqu’ici jamais été malade.

J’enseigne en CLIS depuis la création de celle-ci. Je m’y suis installée, j’y ai trouvée mon bonheur malgré les difficultés passées.

Depuis septembre, la CLIS est passée en mode ULIS avec toutes les modifications que cela entraine.

Jour après Jour j’ai réalisé qu’il me fallait faire le deuil de différentes matières telles que l’art plastique, le sport, la piscine, le jardin la cuisine, les visites d’expo qui me servaient de point d’ancrage pour les apprentissages.

Je constate qu’il ne me reste finalement que les matières dites principales maths et lecture avec de petits groupes.  En parallèle l’arrivée début septembre d’un enfant autiste de 6 ans à peine, sans aucun préalable, a fait que je ne suis pas retournée en classe à la rentrée de février. Cet enfant arrive sans aucun suivi  après un très court passage en maternelle.

Il a fallu gérer au mieux la crise, les crises de l’enfant et de la famille avec des adaptations dans l’urgence. Aller tous les matins en classe un peu à reculons en souhaitant son absence. Y faire du « bricolage pédagogique », s’ajuster aux colères, aux cris, au timer pendant 1h30 en tentant de faire de la socialisation avec trois ou quatre élèves, un AVS et une éducatrice (UGECAM) présente un jour sur deux et rester l’AUTORITE… (sur les conseils de mon supérieur) au milieu de ce groupe hétéroclite : c’est perturbant et insatisfaisant.

« Mme… vous êtes fonctionnaire… vous devez fonctionner », me dit mon inspecteur après être allé au domicile de l’enfant… «  Calmer le jeu » suite à un courrier d’un avocat et ce sans passer par l’école.

Je me suis arrêtée sur les conseils de mon médecin. Pas glorieux et culpabilisant lorsque l’on sait que le problème reste entier, et devra être repris par une remplaçante non spécialisée. Culpabilisant aussi de laisser les collègues assumer.

Voilà mon état d’âme aujourd’hui.

Il m’a semblé après longue réflexion (ici j’ai le temps…) qu’il était de mon devoir  de ne pas laisser sou silence cette situation. »

Vendredi soir dans l’Yonne

Combien de collègues se reconnaîtront dans ces habitudes du vendredi soir?Combien de collègues se rappelleront qu’en début de carrière ils avaient cette habitude là?[…] Avant de comprendre que quand tu enseignes dans l’Yonne, tu n’en sors pas ou presque: en 2017 85% des demandes de mutations refusées et 75% des rapprochements de conjoint également!vendredi soir dans l'Yonne

Mutation et rapprochement de conjoint: circuler il y a peu à voir!

L’Yonne est le plus mal loti des 4 départements de l’Académie de Dijon avec 15% des demandes de mutations satisfaites, derrière la Nièvre 24%, la Saône et Loire 45% et la Côte d’Or 54%. (moyenne nationale 23%)

En ce qui concerne le rapprochement de conjoint, le constat est plus grave : Saône et Loire 69%, Nièvre 70%, Côte d’Or 78% et pour l’Yonne 27%.

Bilan: si tu enseignes dans l’Yonne tu as moins de droit.