Je vous écris ce mail car comme le dit le journal de Saône et Loire du 20 septembre, « la pilule a du mal à passer ».
Je suis en disponibilité depuis septembre 2016 pour rapprochement de conjoint en Saône et Loire. J’ai été titularisée en 2012 dans l’Yonne, département dont je n’obtiens pas la sortie…
Je ne sers donc plus à rien dans l’Yonne car je n’y retournerai pas (la DASEN en a été informée dans mon dernier courrier d’exéat) et je ne sers à rien non plus en Saône et Loire où je suis actuellement animatrice en centre de loisirs .
J’ai entendu, accepté beaucoup de raisons que l’on m’a donné mais aujourd’hui, 6 ans après ma première demande de mutation, je commence à être exaspérée par ce système qui ne satisfait personne(ni l’Yonne, ni la Saône et Loire, ni moi).
Ma vie de couple a souffert de nos 5 années d’éloignement mais nous avons refusé de nous marier, de faire des enfants « pour être mutée »… Nous nous sommes tout de même pacsés en 2015 mais après déjà 4 années de séparation non comptabilisées.
A 31 ans, je souhaiterais aujourd’hui enfin concilier vie de famille et vie professionnelle épanouissante.
Je suis une enseignante passionnée, investie avec 5 ans d’expérience de la PS au CM2 en passant par la CLIS et les intérims de direction… et l’EN préfère recruter des contractuels non diplômés… cela m’exaspère.
Lire dans les journaux locaux que la Saône et Loire manque d’enseignants et recrute via Pôle Emploi est un coup de massue.
Je voudrais souligner également la répercution de tels articles sur le moral car un grand nombre de personnes extérieures à l’EN ne comprennent pas cette gestion du personnel et je dois alors sans cesse justifier mon statut.
Aujourd’hui je vis donc toujours dans l’attente de pouvoir enfin exercer mon métier au sein de l’EN pendant que certains enfants manquent d’enseignants à quelques pas de chez moi…
J’espère que le combat pour le recrutement des listes complémentaires aura gain de cause mais servira à muter les personnes qui demandent depuis longtemps à sortir de l’Yonne.
Il me semble que le nombre d’années de demande devrait être bien plus valorisé qu’il ne l’est, cela est tout aussi important que les rapprochements de conjoint.

Je sais qu’il n’existe pas de solutions miracles mais j’espère que je serai entendue.

Témoignage d’une enseignante

Défense des droits des personnels, le Snuipp89-FSU est mobilisé sur cette question, lire ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s